Ganymède

GanymèdeIllustration of the Poem [ Artist ] Frank Kirchbach
The Rape of Ganymede (1892)

 

Ganymède

 

Ce soir, levant les yeux vers le ciel étoilé,
Cherchez-moi sur ce sombre rideau constellé !
Vous me trouverez déversant un ruban d’eau
Pour charmer la constellation du Verseau.

D’une réputation n’étant plus à faire,
De tous les êtres peuplant l’Olympe et la terre,
Ma beauté légendaire enflammait l’univers.
Pure éphèbe, j’attisais le désir brûlant
Dans l’âme des vivants par l’éclat de mes yeux.

Faisant paître mon troupeau à l’orée des Cieux,
Je vis un matin l’ombre de Zeus rugissant.
Quatre chevaux à mon père furent offerts
Lorsque je devins l’amant de l’aigle puissant
Qui, par amour, me fit un don étincelant.

Un médaillon ayant mon portrait à l’obvers
Cachant au revers les portes de mon calvaire.
Ce soir dans le ciel, vous me verrez en ces lieux
Comme l’échanson servant le nectar des Dieux.

 

2016 © M2L – Manache PoetryBulle  - Merci pour lecture

Envie de faire un commentaire : ICI

Coquelicot - Partage Poème

frise-30-haut-autre-jardin

BOURGEONSMes POEMES

bulle-abonnementBas de Page HERBE

Publicités

7 réflexions sur “Ganymède

      • Galoche dans le sens plus intense et passionné qu’un simple baiser. Je trouve ce poème particulièrement délicieux 🙂
        A bientôt !

        Aimé par 1 personne

      • 🙂 … Oh ! il y avait longtemps que je n’avais pas lu ce mot … ni entendu … pour moi j’étais resté sur la galoche une vielle chaussure ou, pour ce pauvre Ganymède, un menton pas très beau …
        Merci pour l’intérêt porté à ce poème.
        Belle soirée 🙂

        J'aime

Les commentaires sont fermés.