~ Federico García Lorca

Frise feuille vigne 30 -1

Gabriel Pacheco Illustration of the Poem [ Artist ] Gabriel Pacheco

La Cogida Y La Muerte

Le Coup de corne Et La Mort  – The Goring And The Death

 

A las cinco de la tarde.
Eran las cinco en punto de la tarde.
Un niño trajo la blanca sábana
a las cinco de la tarde.
Una espuerta de cal ya prevenida
a las cinco de la tarde.
Lo demás era muerte y sólo muerte
a las cinco de la tarde.

      A cinq heures du soir.
      Il était juste cinq heures du soir.
      Un enfant apporta le blanc linceul
      à cinq heures du soir.
      Le panier de chaux déjà prêt
      à cinq heures du soir.
      Et le reste n’était que mort, rien que mort
      à cinq heures du soir.

          At five in the afternoon.
          It was exactly five in the afternoon.
          A boy brought the white sheet
          at five in the afternoon.
          A basketful of lime in readiness
          at five in the afternoon.
          Beyond that, death and death alone
          at five in the afternoon.
     
El viento se llevó los algodones
a las cinco de la tarde.
Y el óxido sembró cristal y níquel
a las cinco de la tarde.
Ya luchan la paloma y el leopardo
a las cinco de la tarde.
Y un muslo con un asta desolada
a las cinco de la tarde.
Comenzaron los sones de bordón
a las cinco de la tarde.
Las campanas de arsénico y el humo
a las cinco de la tarde.
En las esquinas grupos de silencio
a las cinco de la tarde.
¡Y el toro solo corazón arriba!
a las cinco de la tarde.
Cuando el sudor de nieve fue llegando
a las cinco de la tarde
cuando la plaza se cubrió de yodo
a las cinco de la tarde,
la muerte puso huevos en la herida
a las cinco de la tarde.
A las cinco de la tarde.
A las cinco en Punto de la tarde.

      Le vent chassa la charpie
      à cinq heures du soir.
      Et l’oxyde sema cristal et nickel
      à cinq heures du soir.
      Déjà luttent la colombe et le léopard
      à cinq heures du soir.
      Et la cuisse avec la corne désolée
      à cinq heures du soir.
      Le glas commença à sonner
      à cinq heures du soir.
      Les cloches d’arsenic et la fumée
      à cinq heures du soir.
      Dans les recoins, des groupes de silence
      à cinq heures du soir.
      Et le taureau seul, le cœur offert !
      à cinq heures du soir.
      Quand vint la sueur de neige
      à cinq heures du soir,
      quand l’arène se couvrit d’iode
      à cinq heures du soir,
      la mort déposa ses œufs dans la blessure
      à cinq heures du soir.
      A cinq heures du soir.
      Juste à cinq heures du soir.

          The wind carried off wisps of cotton
          at five in the afternoon.
          And oxide dispersed glass and nickel
          at five in the afternoon.
          Dove locked in struggle with leopard
          at five in the afternoon.
          A thigh with a horn of desolation
          at five in the afternoon.
          The bass strings began to throb
          at five in the afternoon.
          The bells of arsenic, the smoke
          at five in the afternoon.
          At street corners silence clustering
          at five in the afternoon.
          Only the bull with upbeat heart
          at five in the afternoon.
          When snow-cold sweat began to form
          at five in the afternoon,
          when iodine had overspread the ring
          at five in the afternoon,
          death laid eggs in the wound
          at five in the afternoon.
          At five in the afternoon.
          At exactly five in the afternoon.
     
Un ataúd con ruedas es la cama
a las cinco de la tarde.
Huesos y flautas suenan en su oído
a las cinco de la tarde.
El toro ya mugía por su frente
a las cinco de la tarde.
El cuarto se irisaba de agonía
a las cinco de la tarde.
A lo lejos ya viene la gangrena
a las cinco de la tarde.
Trompa de lirio por las verdes ingles
a las cinco de la tarde.
Las heridas quemaban como soles
a las cinco de la tarde,
y el gentío rompía las ventanas
a las cinco de la tarde.
A las cinco de la tarde.
¡Ay, qué terribles cinco de la tarde!
¡Eran las cinco en todos los relojes!
¡Eran las cinco en sombra de la tarde!

      Un cercueil à roues pour couche
      à cinq heures du soir.
      Flûtes et ossements sonnent à ses oreilles
      à cinq heures du soir.
      Déjà le taureau mugissait contre son front
      à cinq heures du soir.
      La chambre s’irisait d’agonie
      à cinq heures du soir.
      Déjà au loin s’approche la gangrène
      à cinq heures du soir.
      Trompe d’iris sur l’aine qui verdit
      à cinq heures du soir.
      Les plaies brûlaient comme des soleils
      à cinq heures du soir,
      et la foule brisait les fenêtres
      à cinq heures du soir.
      A cinq heures du soir.
      Aïe, quelles terribles cinq heures du soir !
      Il était cinq heures à toutes les horloges !
      Il était cinq heures à l’ombre du soir !

          A coffin on wheels is the bed
          at five in the afternoon.
          Bones and flutes resound in his ear
          at five in the afternoon.
          The bull was bellowing in his face
          at five in the afternoon.
          Death pangs turned the room iridescent
          at five in the afternoon.
          In the distance gangrene on the way
          at five in the afternoon.
          Lily-trumpet in the verdant groin
          at five in the afternoon.
          The wounds burned with the heat of suns
          at five in the afternoon,
          and the throng burst through the windows
          at five in the afternoon.
          At five in the afternoon.
          Horrifying five in the afternoon!
          The stroke of five on every clock!
          The dark of five in the afternoon.

    

Extra : Llanto por Ignacio Sánchez Mejías – Complainte pour Ignacio Sánchez Mejías – Lament for Ignacio Sánchez Mejías

 

portrait-garcia-lorcaFederico García Lorca est un poète et dramaturge espagnol

Spanish poet, playwright, and theatre director Federico García LorcaRooney, Mick, b.1944; Icon of Federico Garcia Lorca (1898-1936)Federico García Lorca [ Artist ] © Mick Rooney

Frise Vigne séparation

[ Music ] Llanto por Ignacio Sánchez Mejías »Enrique Morente

Frise Vigne séparation

[ Video ] Ballet ArgentinoAlfredo Alcón y Julio Bocca

 

Frise feuille vigne 30

POETSLes POETES

Frise Vigne séparation

Accueil - HomeBas de Page HERBE

Publicités

18 réflexions sur “~ Federico García Lorca

  1. Bonsoir poète,
    Je ne connaissais pas ce poème si noir, si sombre. Un rythme de poésie que j’ignorais et qui sonne le glas.
    La mort pour l’instant n’est pas mon sujet favori. Trop d’idées noires dans la tête, désolée.
    Amicalement et merci de ce moment de lecture.
    Geneviève

    Aimé par 2 people

    • Bonsoir Geneviève 🙂
      … En effet, un poème bien noir pour illustrer la mort de son ami torero-poète … Si j’ai choisi de partager ce poème, c’est le rythme et la force qui interpellent … Mais Garcia Lorca a d’autres facettes beaucoup plus douces et séduisantes … mais cela, j’imagine que tu le sais déjà 🙂
      Bonne semaine et heureux de ton passage

      Aimé par 1 personne

      • re-bonsoir,
        D’où mon étonnement. J’ai lu des poèmes de lui chez arbrealettres sur son blog. Je me doutais qu’il s’agissait d’un hommage à un torero. Je chercherai un poème moins noir alors 🙂 Bonne semaine à toi aussi et merci pour ce partage.

        Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir Manache,
    Tu nous offre là un puissant poème d’un des plus grands. C’est encore un de mes préférés. …
    Merci pour ce beau partage.

    AUTRE RÊVE
    Une hirondelle s’envole
    Vers le lointain!….

    Il y a des fleurs de rosée
    Sur mes rêves,
    Et mon coeur tourne, tourne,
    Plein d’ennui,
    Comme un manège où la Mort
    Fait monter ses petits.

    J’aimerais sur ces arbres
    Lier le temps
    Avec un câble de nuit noire
    Et teindre ensuite
    Avec mon sang les rives
    Pâles de mes souvenirs!
    Combien d’enfants la Mort a-t-elle?
    Ils sont tous dans mon sein !

    Une hirondelle arrive
    Du lointain !
    1919

    Aimé par 2 people

    • Oui, un sublime poème dont la musicalité et le rythme font référence pour moi et les amoureux de Lorca. Merci d’aimer ce grand poète.
      … pour ton dernier billet, j’ai hésité pour laisser un commentaire … j’ai préféré prendre du temps car la couleur sombre de ce poème m’aurait fait frissonner le clavier …
      Bonne soirée à toi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s