Prochain Réveil

[  English Version :  HERE  ]

Prochain Réveil [ Artist ] Stefan Krauss

 

Prochain Réveil

 

La nuit, dans mon sommeil
Quand l’esprit devient absent
Quand les chemins ne sont plus à la droiture
Mais assourdissants
Par les cris et les gestes inhumains
Proches du repaire obscur de l’animal
Ne me lâche pas la main.

Dans ce voyage incertain qui modifie
Le visible du bonheur de nos vies
En profonde affliction crachée
En l’air pour enfin s’écraser
À la bordure du silence résigné
Sans même l’espérance d’une rédemption
Ne me lâche pas la main.

Dans cet intervalle où la conscience n’est plus
Qu’une image rêvée dans un paysage souillé
Quand mon corps de son lit est arraché
Quand les arbres ne tatouent plus
Les amours émerveillés des amants
À la surface émeraude de la terre par la pluie mouillée
Ne me lâche pas la main.

Emmène-moi dans l’ombre floue de ta lumière
Ou bien à travers les plus doux passages du cœur
Qui acceptent que rien ni personne
N’aille au-delà de ce qui est fait de nous.
La nuit, dans mon sommeil
Quand l’esprit devient absent
Ne me lâche pas la main
Jusqu’au jour encore plus loin
Du prochain réveil.

 

2016  © ManachePoetry Bulle  - Merci pour lecture

Réagir | Commenter

roset-partage-poeme

Frise F Bleue 15-1Mes POEMESMy POEMS

bulle-abonnementBas de Page HERBE 1

Publicités

14 réflexions sur “Prochain Réveil

  1. « ombres confondues »

    L’ombre de ton visage sur le mien,
    Ne laisse pas de trace de nuit blanche
    A mesure qu’il se penche
    Par-dessus mon destin.

    Sa lueur , ne s’est pas éteinte;
    Elle est quelque part,
    Au-delà de mon regard,
    Mais laisse son empreinte….

    Qui saurait dire, le parcours de l’imagination ?
    Il y a toute ta présence,
    pour franchir les distances
    Conditionnant de toi, ma vision …

    Nos voies étaient égarées….
    Chacune , errant sur son chemin,
    Depuis que je te tiens la main,
    > Elles ne sont plus séparées,

    A ceux qui doutent des anges,
    Nous empruntons leur vol,
    Et tu verras…. sur le sol,
    Comme nos deux ombres se mélangent .

    Après, plus rien ne nous encombre…
    Dans la traversée de l’air,
    Les silhouettes sont légères,
    Même pas marquées de sombre…

    On ne distingue plus ce qui t’appartient,
    Adossés à la lumière qui s’élance…
    Où est donc la différence ?
    – Ce qui est tien ou mien ?


    RC – août 2014

    Aimé par 1 personne

  2. Une main sûre, rien de telle pour avancer dans la vie quand bien même si difficile soit-elle…Tous les chemins mènent quelque part, le votre nous fait rêver, merci pour cette écriture aux mystères qui se découvrent entre les lignes… merci.

    Aimé par 1 personne

    • Bonsoir Joël … cela faisait un petit moment … Merci pour ton appréciation, j’y suis sensible.
      Ton dernier poème… sombre mais, comme tu l’as écrit sur une de tes pages (je ne me souviens plus laquelle), il ne faut pas croire tout ce que tu écris 🙂
      Bonne semaine à venir 🙂

      J'aime

  3. Pingback: Prochain Réveil – La poésie de Nanniepz

Les commentaires sont fermés.