Immanquablement

immanquablement Illustration of the Poem [ Artist ] Auguste Rodin
Enfer – Hell (1900-1908)
Frise F Bleue 30

Immanquablement

L’hiver aura gagné patiemment le reste du paysage
Impitoyable,
Aura rendu, années après années, le lieu inhabitable
À l’abandon
Au-delà des tornades formant les crevasses amères
Sur les murs de la grande maison rendue silencieuse
Invisible
Moribonde
Perdue dans l’allée des châtaigniers
Où les bogues épineuses
Se plantent dans notre mémoire
Immanquablement.
L’hiver aura revêtu l’espérance d’un diamant blanc
Violemment,
Aura vendu aux enchères les caresses des vieux amants
Sans un pardon
Au-delà du chant infidèle des plus belles chimères
Noyées dans les cris écarquillés des rêves décharnés
Égrenant
Les secondes
De nos matins à nous demander
Qu’avons-nous fait de nos journées
À festoyer sans espoir
Pitoyablement.

« Mais dans l’obscurité d’un jour
tu m’as frôlé.
Et à l’instant tu me frôles encore
dans ce lieu inédit
où les corps sont incarnés
en vagues brisant les glaciers
pour rester sous l’influence de l’air
dans l’éclatante poésie de nos peurs.
Tu m’as frôlé
superbement
sensiblement
et à l’instant tu me frôles encore
me tendant des âmes nouvelles
pour le combat impitoyable
du doute dans les entrailles du bonheur
poussé dans l’impasse d’un corps
qui sent déjà la mort.
Et dans la clarté imperceptible de la nuit
tu m’as frôlé
au premier cri de l’enfant
pour se sentir tenu de vivre
au premier souffle du vent.
Et à l’instant tu me frôles encore
pour admettre la création de ce que nous sommes
dans ce monde divin imaginaire
improbable mais essentiel
où Orphée me montre le chemin
d’un avant et d’un après
pour seule cause valable
à la création d’un poème
dans l’absolu désir d’en connaitre la fin
immanquablement. »

2016 ~ © M2L – Manache Poetry Bulle  - Merci - Commentaire
Coquelicot - Partage Poème
Frise F Bleue 15-1
BOURGEONSMes POEMES
Frise F Bleue 30

ACCUEILBas de Page HERBE

Publicités

15 réflexions sur “Immanquablement

  1. Immanquablement, nous pensons tous à ce monde incertain… tu le fais claquer , résonner en nous pour nous persuader qu’il est le seul chemin vers…….. la poésie. Merci pour ce texte splendide.

    Aimé par 2 people

  2. L’hiver aura revêtu l’espérance d’un diamant blanc
    Violemment,
    Aura vendu aux enchères les caresses des vieux amants
    Sans un pardon

    Et à l’instant tu me frôles encore
    pour admettre la création de ce que nous sommes
    dans ce monde divin imaginaire
    improbable mais essentiel
    où Orphée me montre le chemin
    d’un avant et d’un après
    pour seule cause valable
    à la création d’un poème
    dans l’absolu désir d’en connaitre la fin
    immanquablement. »

    deux parties de votre magnifique texte qui m’interpellent. Merci infiniment pour ce partage.

    Aimé par 1 personne

  3. Chaque mot semble bien à sa place, certains parlent tout bas en murmure, d’autres s’esclaffent, le résultat en devient très troublant, puis toujours cette lueur d’espoir donnant naissance à cette magnifique poésie… merci pour ce partage.amitié.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s