[ Poésie ]

anim oiseau

L’Oiseau me dit …
frise-15-bas-autre-jardin

Jardin d’Hiver

Qu’observes-tu sur ce visage ?
Ces larmes bleues sont des rivières
À travers la vallée de chair
Où bruissent des rides mordues
Par le vent
Cinglant
Et puissant

 

L’Oiseau disait …
frise-15-bas-autre-jardin

 

Ô Nuit

Dans le calme nocturne
Je fuis le tumulte du jour
Ô nuit tranquille et lente
Fais-moi grâce d’une audience

À l’aube, la Brume

Hurlante
Mon âme
est une étoile
Bleue sombre
Décousue d’une toile
Fluide
En mouvement

Lettre à Camille T. Logo Tumblr

La vie se passe à chercher les absences
et trouver les regrets.
Mais ne sommes-nous pas toujours
entre le souvenir et l’espérance ?
Entre le jardin et la forêt

Puisque Tout Passe Logo Tumblr

Puisque tout passe
Jusqu’à nos nuits blanches
Se taisent à jamais les poèmes
Quand le souffle d’un ailleurs me glace

Oxygène

Aux longs soupirs
Des vents
Dont l’étreinte puissante
Étouffe savamment
La froidure de l’aube
Viendra de l’horizon
Une ombre rougeoyante

Ainsi les Vents

Aucune tragédie ne nous réveille.
Quelles confidences nous font les morts
Et celles des vivants déjà données
Quand nos yeux se ferment au long sommeil ?

Le Bruit des Forêts Logo Tumblr

Parfois
Quand je suis à l’intérieur
De moi
J’écoute le bruit des forêts

Tuber Melanosporum

Venus des profondes entrailles
Au hasard de son corps dévêtu
Révélant les saveurs d’un fruit mûr
S’illuminent alors d’âpres diamants

Il Pleut

Aux branches d’un lourd sommeil
Il pleut
Parmi les caresses et l’absence
Sur la blancheur des mots qui s’essoufflent
Aux miettes d’un vide qui s’esquive
Sous le soleil de l’enfance
Il pleut

Âme

La poésie qui monte du rivage
Et cette fatigue
Sombre
Qui la voile

Casus Belli Logo Tumblr

Lorsque l’agneau devenu loup
Occulte les cris de l’histoire
Que nous dis-tu, toi l’oiseau
Survolant les territoires ?

Confession de Nuit Logo Tumblr

Moi pour toi en songe
Nulle part ailleurs.
Pour te retrouver
Il ne me reste qu’à rêver
D’une forte pluie dans la nuit

Seul, l’Arbre… Logo Tumblr

Une couronne d’étoiles d’un ciel mourant
Ouvre en moi un paradis d’ambre et de jasmin
Bercé par le vent je m’y perds

J’avance Paisiblement Logo Tumblr

Sur ma nuque l’hiver est là
Mordant le temps
J’avance paisiblement dans la blanche brume
Entre les peupliers noyés
Le vent à l’aube
Se souvient de moi habillé au clair d’écume

Au Jour Suivant

Quand la mémoire s’en va
Dans le silence du vent
Loin de moi,
Au jour suivant

Si Peu

Un simple remous dans l’eau charnelle
Lorsque du ciel la beauté s’enflamme
Du couchant d’un soleil qui s’éteint
Pour une lueur au fil de l’âme

Lunaison d’Automne

Et la lune veille pour suppléer l’absence
Dans l’infinie brillance
Des étoiles tombées
Sur ton corps qui frisonne

Automnal

Pour toi mon cœur, mon unique

C’est pour moi que le reflet des rivières
Se fait
Miroir des heures d’année en année
Moi qui vieillis
Sur le chemin des souvenirs passés

Froideur

Peut-être n’y avait-il plus le bleu du ciel
Dans l’immensité de nos yeux

Demain Madame Logo Tumblr

Pour ma mère

La poésie pour la renaissance
Dans l’espoir ici qu’on ne meurt
À jamais pour ceux qu’on aime

Au Calme

Même si
Je pourrais vous souffler
Un million de fois
Le même tourbillon
Célébrant de nouveau
Ce profond ressenti

Déforesté d’un Nous (I) Logo Tumblr

Cette façon…
Cette façon que nous avions de marcher entre les arbres.
Tant serrés.

La Poésie des Murmures

J’ai trouvé une fissure
Dans mon cœur
Juste là où coule le sang

L’Aveu

Lorsque profondément
Tu dors dans tes cheveux
Le temps suspend les mots
Aux vallons et clairières bleutés de ta peau ;
Des paillettes légères
S’envolent et t’emportent

Poème de Lucioles Blessées Logo Tumblr

À mon amie Joëlle

Tes souvenirs me rappellent
des souvenirs de lucioles blessées
que l’éternité du ciel appelle

Le Baiser

Je suis à la tête de terribles incertitudes
sans avouer mes invincibles craintes lorsque,
dans le silence de la nuit, disparut de mes mains
l’étoile au ciel du berger.

Poisson des Bois Logo Tumblr

À mon fils

Au fond du bois vit un poisson
Qui ne dit pas son nom

Parmi les arbres serrés
Hors de l’eau
Il voltige au matin clair
Sur l’horizon clos
D’un absolu silence

Le 10 Février

Pour toi mon cœur, mon unique

Dans la forêt obscure
Un oiseau est tombé
Le bruit de l’eau vient de changer

L’Azur Vert Logo Tumblr

À la réflexion,
je n’ai trouvé aucune explication
à l’implacable misère qui me frappe,
et me terrifie !

Mes Yeux

Chuchote-moi quelque chose.
Réveille-moi doucement
Du cœur d’un profond sommeil.

L’Inattendu

C’est déchirant
Comme je me sens seul

Assis
J’attends
L’inattendu

Aux Doux Baisers de l’Arsenic

Suffoque l’âme
Aux doux baisers de l’arsenic.

Dans la nuit éternelle
S’embrasent nos chemins aux destins tourmentés
Quand, au parfum de l’air,
S’entrecroise l’amour

Au Commencement

Au commencement
Il y a quelque chose de beau ;
Et tant d’innocence
Dans un ciel qui s’assombrit

L’apparence des Possibles (I) Logo Tumblr

Oui, les plus belles heures
sont celles du matin
quand au jardin s’éveillent roses et jasmins ;
Rubis et corail à l’horizon renaissant
du soleil dans le ciel
embrasent son réveil

Immanquablement

L’hiver aura gagné patiemment le reste du paysage
Impitoyable,
Aura rendu, années après années, le lieu inhabitable
À l’abandon
Au-delà des tornades

Un Ailleurs

Il est certain que dans un ailleurs
quelque chose espère
quelque chose subsiste
et qui dans mon sombre intérieur
s’éternise

Calendulas

Dans les prairies encor jaunies
du plein été
la douce pluie tombée des arbres
émiettés
s’étire de l’orangé vers le roux serein
aux accords d’automne méditerranéen

Prochain Réveil Logo Tumblr

La nuit, dans mon sommeil
Quand l’esprit devient absent
Quand les chemins ne sont plus à la droiture
Mais assourdissants
Par les cris et les gestes inhumains
Proches du repaire obscur de l’animal
Ne me lâche pas la main

Ensemble

Nous sautons ensemble,
la nuit n’est plus bordée par le jour
mais par de longs silences, dans lesquels
nous touchons l’éternelle immobilité
Et ce qui reste de nous
aujourd’hui apparaît ailleurs

Éclaircie

À Xavier, mon frère

Par la fenêtre plongée dans un long sommeil
Voici dans le silence l’éveil du matin.
S’atténue la brume
Manteau flou et sombre
Pour somnolence allongée sur de tristes jours

Je Tisse

J’attends
et je m’éteins.
Je t’espère et tisse
le fil de ta pensée goutte à goutte
au crépuscule de mes matins

Papillons Blancs Logo Tumblr

L’âme du papillon dispose de mon sort
Ses ailes pareilles aux brillantes tulipes
Couronnent les dortoirs
des éternels sommeils

Silence (II) Logo Tumblr

Je suis Silence
Pour l’éloge de la parole
Je maintiens le calme au centre d’un ciel azur
Pour un seul mot
Dont l’écho sera entendu

Collier de Rosée

Quand de ta joue perle la rosée
Suave luminosité
Impliquant l’air et la terre
S’exhale la vie au parfum d’ingénuité
Pour le plus beau des arcs-en-terre

Le Chemin

Se pourrait-il que de l’ici-bas au là-haut
Seule l’expérience adoucit le passage
De l’éternel poème au chemin de nos âmes ?

Chut !

Dépose un mot sur mes yeux
Et dans tes cheveux attache
L’aube du jour renaissant
Au matin qui me retient

Un Jour Logo Tumblr

Et puis sans nulle raison
Ce jour là
Viendra à moi
Un oiseau du haut du ciel

Madame

Pour ma mère

Dans ce bouquet offert par une main d’enfant
Blanches pâquerettes et boutons d’or en tresse
L’harmonie discrète des fleurs de la tendresse

Horizon ÉclatantLogo Tumblr

À personne demain n’est promis.
Brillera l’anneau blanc de la nuit
sur les bleus vallons de l’océan.

Seules nos ombres disparaitront
derrière le voile du néant
où nos secrets s’illumineront

Les Nuages

Mais à cet instant, dites-moi
Combien de trêves de survie
De serments aux éclats de joie
Puis-je accrocher au gris du ciel
Pour apaiser mon désespoir

Langueurs de Minuit

Voici le temps du réveil des amants
Le soleil du Printemps s’éteint enfin
Rose nuit

Ta Main

Comme un foulard de brume
flottant dans le vent
La nuit s’allonge sur l’horizon
doucement

Violente Mélodie

Dans ce sentiment confus qui importe peu
À l’évidence je suis devenu ce fou.
Dans cette existence de courte durée
Face à l’adieu
À tant crier je me suis tu

Pissenlits et Coquelicots

Il y a parfois dans nos cœurs
Pissenlits et coquelicots
Qui s’élancent sur les rivages
De nos secrètes passions
S’unissant en bouquet de fleurs
Tels des poèmes musicaux
Au délicat parfum sauvage
Pour calmer nos pulsations

Des Jours comme Ça !

Il y a des jours comme ça
Où soudain tout paraît nouveau
Où toute chose est couleur rose
… encore plus rose !

Et Quand les Mots…

Et quand les mots ne viennent pas
Il suffit d’une page blanche
Noircie d’un poème imagé.
Le fusain fuse

L’Eau des Mots

Au bon endroit sous la pluie
Juste à côté d’un jet d’eau
Tout près du jour qui s’enfuit

Jardin Obscur

Le vieil homme observe les reflets du bassin
d’où jaillit un essaim d’étoiles du berger,
pour l’illusion du désir d’éternité.
Sa main brise le tain du miroir assassin
mais l’eau saisie n’est que le rêve mensonger
d’un jardinier cultivant l’immortalité

Chair de Lune

Le pâle éclat de ta chair de lune déchire
le ténébreux manteau de la nuit éternelle.
Il ne saurait y avoir d’instant plus propice
aux larmes pour troubler le rêve et l’envahir

Poésie

Il est un lieu azur, au-dessus de la terre.

Un jardin d’asile vert
où s’éteignent les douleurs.
Un endroit où seul le souffle reste vivant.
Encore

Nous vient le Soleil Couchant

Dis-moi une fois encore où sont toutes les années passées.
Jamais je n’ai su garder une étoile filante.

Apprends-moi une fois encore à souffler comme le vent
pour voler avec les feuilles dans le tourbillon
au-dessus du lac, reflet du sourire radieux
que de rudes hivers ont rendu flou

Rendez-vous

Je ne perçois presque plus rien
Que le vent chaud entre mes doigts.
Et je n’entends presque plus rien
Que les cris d’oiseaux qui ondoient.

La Dérive

File, file l’amour dans le ruisseau
Filent, filent nos cœurs au fond de l’eau

Une Feuille

Je suis feuille morte dans un jardin déchu.
Malmenée par Éole et son vent incessant
je tourbillonne sans cesse violemment
et ne peux éviter tous écueils survenant

La Page

Alors que j’avais l’esprit bien loin de sa cage
Me croirez-vous, mais l’impensable est arrivé.
Sur le coin de ma page aux couleurs azurées
Un troupeau rose et rouge d’oiseaux s’est posé

Mon Cœur Silence !

Il y a dans le temps qui passe
Des ombres qui bougent encore,
Tenues par la douceur du vent.

Migration

Ô Montagne céleste, tremble au cri migratoire.
L’envergure des douleurs se fracasse sur ton mur
ouvrant un passage dans ton invisible frontière

Ganymède

Ce soir, levant les yeux vers le ciel étoilé,
Cherchez-moi sur ce sombre rideau constellé !
Vous me trouverez déversant un ruban d’eau
Pour charmer la constellation du Verseau

Amour Éternel

Laissez-moi rêver qu’une fleur
Posée au matin sur un cœur
Laisse à l’humanité son âme

Absence

Absence
Jardin fermé

Sur la terre inclinée
une amie suit
le mouvement de l’air

 

frise-30-bonjour

Accueil - Home

Réagir | Commenter
React | Comment

frise-15-bonjour

manache-playlist-youtubeBas de Page HERBE 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s